02 décembre 2005

Des roses et des ronces

carnet

Une amie m'avait offert un CD intitulé "HER infinite variety". Un des premiers morceaux est une magnifique chanson, *The Briar and the Rose", chantée par Niamh Parsons. Voici les paroles:

irish_b1briar_rose
iriah_b2briar_rose2

“The Briar and the Rose” est un ancien conte irlandais: il s'agit d'une histoire d'amour qui finit tragiquement. Les amoureux, Mairéad et Séamus, sont enterrés l'un à côté de l'autre dans un petit cimetière près d'une église. Deux plantes poussent de leurs tombes (des restes de leurs coeurs, selon une version de l'ancienne ballade): une rose rouge de la tombe de Seamus, une ronce de la tombe de Mairéad. Avec le temps, le fût du rosier s'entortille autour de la ronce jusqu' à former un noeud inextricable.

Pourquoi j'aime particulièrement le texte de la chanson: il entretient un certain mystère, esquisse des images puissantes sans raconter, suggère sans expliquer. Le lecteur (ou l'auditeur) se sent interpellé par ce non-dit, cet implicite, ce questionnement sans réponse. Il construit une interprétation qui ne peut être que subjective. Une de mes amies disait que ce texte lui rappelait la difficulté de briser une relation de couple, malgré le malheur et l'ennui qu'elle nous cause; une autre femme voyait en l'image de la rose et la ronce emmêlées le lien indissoluble entre la joie et la souffrance en amour! Chacun met le texte en rapport avec son propre vécu et réagit à sa façon; personne n'est réellement indifférent.

Cela signifie généralement que l'auteur a réussi son oeuvre...

Posté par irene61 à 11:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Des roses et des ronces

    Le texte est superbe et ce n'est pas seulement à cause des références aux Glen (aux Pays de Galles plutot "Glan") et au nom Seamus (comme Seamus Heaney que j'adore), aux arbres et aux birds mais aussi car c'est une histoire d'amour compliquée, tragique et belle.

    Posté par Livy, 02 décembre 2005 à 12:10 | | Répondre
  • >Livy

    oui j'ai pensé à toi en partliculier lorsque j'ai publié ce billet!

    Posté par lobita, 02 décembre 2005 à 16:18 | | Répondre
  • J'aime beaucoup tes illustration. je les trouve particulièrement réussies (à mon gout, bien sûr).
    D'autre part, ce mythe des plantes qui s'entrelassent sur la tombe des amoureux, amoureux morts d'amour ou à cause de leur amour, on le retrouve dans d'autres très belles histoires comme celle de Tristant et Iseult. C'est une très belle image de la force de l'amour.

    Posté par berlioz, 03 décembre 2005 à 00:27 | | Répondre
  • >berlioz

    Merci pour le compliment. Dommage que ces belles images de la force de l'amour (je parle bien d'amour entre un homme et une femme) soient si souvent et si lamentablement démenties par la réalité. Des couples amoureux que j'ai connu dans ma vie, très peu sont restés fidèles et la plupart ont fini par ne plus se supporter après quelques années. Pas très encourageant...

    Posté par lobita, 03 décembre 2005 à 19:45 | | Répondre
Nouveau commentaire