16 mai 2008

Tendresse

Je me suis encore baladée sur les rives du Léman.

En cette période, non seulement les grèbes huppés sont en parade nuptiale; chez certains autres oiseaux, la chose est faite...

Ici à l'ombre d'un petit yacht, une foulque macroule a construit son nid au creux du vieux pneu, qui sert à faire flotter le câble reliant le bateau au quai du port. Drôle, on dirait qu'elle pose à travers un cadre rond, un peu comme le lion de la MGM... en version bien tranquille...

Là, au coeur d'un ancien étang épargné par les entrepreneurs, un autre nid se dresse, protégé par les roseaux. Papa foulque arrive à toute vitesse avec de la nourriture dans le bec, Maman reçoit un petit bout, mais aussitôt trois minuscules têtes rouges et ébouriffées sortent de son plumage noir: les petits réclament leur part!

De retour à la maison, je constate que les poussins de rouge-queue (du nid construit dans ma fenêtre) sont éclos: ça piaille doucement et de petit becs se tendent vers les parents affairés. Le minuscule papa se montre inquiet lorsque j'ouvre la fenêtre; perché sur une branche à côté, il ne me quitte pas des yeux.

Les animaux nous rappellent les gestes fondamentaux de la tendresse: protéger, nourrir. Les fondements de la vie. Je vais vite rafraîchir ma coiffure et passer un coup de fil, histoire de mettre en pratique...

Posté par irene61 à 22:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


Commentaires sur Tendresse

    Chez moi ça piaille aussi comme des fous dans ma fenètre... le souci... j'avais les volets en bas quand ils ont commencé à bâtir... vais passer une bonne partie du printemps fenêtre fermée dans ma chambre à coucher...

    Posté par Sekhmet, 16 mai 2008 à 23:26 | | Répondre
  • pour peu, j'imaginerais que les animaux qui vivent en Suisse adoptent les mêmes bonnes qualités (dont sociabilité) que la plupart des helvétiques...

    Posté par Jef (20six), 17 mai 2008 à 10:54 | | Répondre
  • >jef

    c'est vrai, ils pratiquent aussi la démocratie directe: faut voir les migrateurs, avant de bifurquer 2° au sud-est il faut le consensus de la majorité... et une assemblées bruyante sur les platanes...

    Posté par lobita, 17 mai 2008 à 14:57 | | Répondre
  • Qui a dit...

    que les contes de fées urbains n'existaient pas ? Je viens de lire ici la preuve la plus douce que l'émerveillement doit être présent chaque instant de notre petite vie. C'est aussi la preuve la plus belle qu'il faut non seulement venir chez toi pour y trouver de la sérénité et des couleurs mais aussi pour vivre dans le rappel de l'essentiel !!! Allons, Dimi, ouvre les yeux !!! Et n'oublie pas de remercier encore et toujours ta Dame des forêts préférées. Gros bisous.

    Posté par dim, 20 mai 2008 à 00:02 | | Répondre
  • Ah Ah Lobita amoureuse ;o) Oui cette saison est un vrai bonheur les oiseaux me réveillent souvent le matin tant is s'époumonent dès les premières lueurs du jour. C'est quand même tellement agréable )

    Posté par Jipes, 20 mai 2008 à 15:59 | | Répondre
  • C'est si vrai ce que tu dis Lobita!
    Nous les considérons si mal et parfois ils sont plus humains que nous.

    Dans mon jardin, que j'ai encore pour quelques jours, un oisillon est tombé, non seulement sa famille mais aussi des oiseaux de différentes espèces sont venus pour essayer de le secourir...

    Je l'ai mis dans l'olivier...

    En fin de soirée il a pu repartir j'étais heureuse de ce bonheur simple.

    Je t'embrasse mon amie très tendrement

    Posté par Claude, 22 mai 2008 à 17:29 | | Répondre
  • C'est si vrai ce que tu dis Lobita!
    Nous les considérons si mal et parfois ils sont plus humains que nous.

    Dans mon jardin, que j'ai encore pour quelques jours, un oisillon est tombé, non seulement sa famille mais aussi des oiseaux de différentes espèces sont venus pour essayer de le secourir...

    Je l'ai mis dans l'olivier...

    En fin de soirée il a pu repartir j'étais heureuse de ce bonheur simple.

    Je t'embrasse mon amie très tendrement

    Posté par Claude, 22 mai 2008 à 17:29 | | Répondre
Nouveau commentaire