13 février 2007

Nouvelles du royaume des cieux

Ma première journée en Belgique fut un vrai régal. Comment, vous ne saviez pas que j'étais en Belgique? Dim était vraiment le seul à être au courant?

Je n'ai pas reconnu Liège au moment de descendre du train, hier soir. Seul le délicieux arome des gaufres trahissait la familiarité du  lieu. Puis, pendant que je marchais  dans la nuit, les lumières du Musée d'Art Différencié (qui expose des oeuvres d'artistes mentalement handicapés) me sont apparues dans l'obscurité du Parc d'Avroy- une lumière dans la nuit, comme une lampe allumée. Un gardien? Pour nous protéger de qui et quoi? De l'exclusion et du mépris, certainement.

C'est le premier lieu de la ville que j'ai visité ce matin.

J'y ai trouvé l'oeuvre d'un artiste livornais qui enroule, tresse et noue inlassablement des tuyaux et des cables, dans lesquels il emprisonne souvent un tyrannosaure en plastique à la gueule béante. Quelle est la signification de ce geste méticuleux et énergique? Est-il en train de ligoter et contrôler sa propre colère, se sent-il prisonnier de son handicap? Il y avait aussi des oeuvres plastiques inspirées à la parole et à l'écriture, que ces artistes traitent avec la plus grande nonchalance et liberté.

J'y ai trouvé aussi des gens sympathiques et entrousiastes, qui m'ont amenagé un rendez-vous avec les ateliers du CréaHM pour l'après-midi.

Mais avant il fallait que j'aille voir un grand spécialiste du... squelette d'artiste, M. Joseph Quoidbach pour ne pas le nommer: kinésithérapeute devenu représentant d'une branche rare, la médecine des arts. Je le découvre bien au delà du fleuve, vers les collines noires, au fond d'un village qui a tout d'un coron (je vois le père Maheud, Lantier et Savarine derrière chaque coin de rue). Chez ce monsieur, on écoute des airs d'opéra pendant toute la consultation  et la tradition veut qu'à la fin de la séance, on chante. Et j'ai chanté, de mémoire, un grand air de Monteverdi: j'ai découvert en sortant que la salle d'attente était remplie de monde.

Pour finir, sur le quai Saint Leonard, les ateliers sont toujours là. Dès qu'on y pénètre, la magie commence à opérer. Dehors, au delà des grandes baies vitrées, le fleuve couleur caramel avec les énormes péniches, chacune  entourée de sa cour de mouettes. Dedans, un univers incompréhensible au visiteur ignare, une fabuloserie bariolée et cocasse: grandes fresques ou les tracés à la craie grasse sillonnent les aplats de couleur, rangées de sculptures en terre peinte, formes sensuelles, animales et débordantes de vie; créations  en tissus, collages. Au milieu de tout cela, des êtres qu'on dirait sorti tout droit d'un conte de fée, des enfants ridés, parfois graves, plongés dans leurs pensées insondables, parfois irresistiblement joyeux: ce sont eux les artistes, ceux que les croquants de Brassens auraient qualifié de "crétins" ou peut-être "innocents".

Innocents? Je ne sais pas; mais en les regardant, ces paroles ne cessent de résonner dans ma tête:

Heureux les pauvres d'esprit, car le royaume des cieux leur appartient.

Posté par irene61 à 19:23 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


Commentaires sur Nouvelles du royaume des cieux

  • En Belgique ?

    Tiens, moi aussi !

    Posté par G. MIKE, 13 février 2007 à 20:10 | | Répondre
  • Heureux

    Une belle note Lobita.. Très belle idée que celle de ce "Musée d'Art Différencié".. Le handicap est souvent oublié lorsque l'on parle de "différence".. Comment de handicapés physiques galèrent dans toutes les situations de la vie quotidienne, combien d'efforts en leur faveur ? Combien d'enfants handicapés mentaux sans structure d'accueil ?
    L'art nous invite à réfléchir..
    A bientôt Lobita, pour la suite de ta visite à Liège..

    Posté par La fille d'à côt, 14 février 2007 à 06:07 | | Répondre
  • me fait rêver ton billet, sauf peut être la raison qui t'a amenée chez le médecin des arts ?

    Posté par brigetoun, 14 février 2007 à 20:25 | | Répondre
  • eh, ça me rappelle la dernière fois que je suis venu à Liège : c'était il y a + de 2 ans, à l'occasion d'un colloque littéraire (consacré à Lautréamont) pour lequel j'étais un des 30 orateurs

    Posté par Jef (20six), 15 février 2007 à 17:47 | | Répondre
  • Ca donne envie

    Depuis le temps que l'on aimerait visiter la Belgique ca donne franchement envie de franchir le pas. C'est quand même triste d'etre européen et de ne même pas connaitre ses voisins, j'ai un epu honte je dois dire (

    Posté par Jipes, 16 février 2007 à 11:12 | | Répondre
  • >mike>jipes>la fille d'à côt>brigetoun

    >g.mike: J'ai cru le comprendre. Où en Belgique?
    >Jipes: salut toi... le 14 février vers une heure, tes oreilles n'ont pas sifflé?
    >la fille...: voyons les choses positivement: la façon d'aborder le problème a énormément évolué dans les dernier 50 ans. Soyons cependant vigilants quant aux regressions.
    >Brigetoun: nulle crainte gentille lectrice, je vais bien: j'ai le mal du siècle, la colonne vertébrale un peu malfichue.

    Posté par lobita, 18 février 2007 à 20:32 | | Répondre
  • Ah c'etait toi ;o)

    Ainsi c'etait toi ? Je croyais que c'etait les rémaneneces du concert du week end ! Ainsi tu as parlé de moi ? En bien j'espère ;o)

    Posté par Jipes, 19 février 2007 à 09:43 | | Répondre
  • >jipes

    Ah, on a dit des choses affreuses! )))) mais non, bien sûr on a parlé en bien, tu sais bien combien on t'aime Jipes!

    Posté par lobita, 19 février 2007 à 16:36 | | Répondre
Nouveau commentaire