03 mai 2006

Révolte (1)

Sous-titre: os de poulet.

Mais qu'est-ce qu'elle a Lobita aujourd'hui? S'est-elle levée du pied gauche?
Eh bien oui. Aujourd'hui la louve inaugure une nouvelle série "ras-le-bol" et GROGNE.

fancy

 

C'était une belle chanson de Susanne Vega, je traduis approximativement en français:
On vend ici des morceaux de volaille / des poitrines, des cuisses et des coeurs / les dos sont bon marché / et les ailes sont presque gratuites.

Chaque fois que je feuillete un magazine quelconque ou que je regarde des spots publicitaires, j'entends dans ma tête l'écho de cette chanson.

Car c'est une évidence:  impossible de vendre un aspirateur, des pneus ou  des accessoires de jardin sans étaler des cuisses, des lolos et de la viande de toute sorte en annexe. On commence à  voir quelques derrières masculins dans le tas (glups - pardon les Messieurs, la vue n'est pas toujours très flatteuse), mais évidemment la majorité des "morceaux" vient de corps féminins.

"Oyez, oyez les bonnes gens, y a-t-il  une personne qui acheterait une perceuse, un mixer ou un radio sans qu'on lui refile une photo d'une paire de fesses sous le comptoire? " Silence.

Le pire est que le look anorexique est à la mode, et les morceaux de poulet à l'étalage sont de plus en plus décharnés et blêmes. Ce n'est bientôt plus de la viande, mais des os de poulet qu'on nous présente.

Et le pédophile qui sommeille au fond de chacun jubile à la vue de ces corps féminins qui, à force d'être étirés et aplatis, deviennent infantiles.

De l'autre côté de la barricade, dans le monde réel, les jeunes filles se nourrissent de plus en plus mal et deviennent difformes, car obèses ou anorexiques (j'en vois chaque jour de toutes les couleurs...).

Beurk! Beurk! Grrrrrr!



Posté par irene61 à 08:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]


Commentaires sur Révolte (1)

    Ma femme...

    ... pense comme toi. Et par moments, ça m'agace. En fait je suis d'accord sur le fond (hypocrite) mais faut dire honnêtement que ça ne me déplaît pas outre mesure...
    On ne refile pas "les photos sous le comptoir", au contraire, parfois même on se demande ce qu'on vend...
    Tiens, c'est de quel CD ce morceau de SV... j'en ai 2 ou 3 et je réécouterais bien.
    P.S. Les culs de mecs, ça ne m'intéresse pas, donc au moins y'en a au mieux c'est...

    Posté par G. MIKE, 03 mai 2006 à 09:34 | | Répondre
  • Allez allez avec ce beau soleil tu vas t'asseoir sur une jolie terasse, tu te goinfres d'une bonne glace, tu vas dire bonjour à mon pote conducteur du petit train de Genève et après tu verras si t'es encore grinche!

    Posté par nam-nam, 03 mai 2006 à 11:20 | | Répondre
  • >G.Mike et NamNam

    >G.Mike: châpitre I. Je suis tout à fait capable d'apprécier la beauté d'une femme même très dévêtue; à condition que 1)la femme ait été nourrie correctement et non affamée à la manière de Dutroux 2) Il demeure dans l'image un peu de bon goût, un peu de secret, un peu de grâce et douceur. C'est ce qui se perd dans l'image publicitaire. Chapitre II, titre provisoire: le cul des mecs. C'et un vaste sujet mais je dirai comme ça brièvement: le cul des mecs est poilu. Ce qui est normal, mais ça n'en fait pas un objet spécialement joli à exposer en photo. Mais tu m'as titillée, maintenant tu auras un billet publié sur le sujet, c'est promis.
    >Nam Nam:Y a-t-il un seul conducteur? C'est le petit train Jardin Anglais-Mon Repos? Voilà que tu as des relations intéressantes à Genève!

    Posté par lobita, 03 mai 2006 à 15:29 | | Répondre
  • Bon je te décris le conducteur (j'sais pas l'intitulé du parcours):

    Grand
    Blond aux longs cheveux
    Charmant
    Drôle
    Gentil
    Et en ce moment il doit être assez bronzé vu qu'il revient tout juste de Thailande où il passe 7 mois par année ...

    Posté par nam-nam, 03 mai 2006 à 17:03 | | Répondre
  • c'ets exact ete ce n'est pa snouveau ! Il faut que la filel soit jolie sinon le produit n'est pas "attractif". AU fond, cela ne participe que d'une vieilel mécanique : qui c'ets qui a l'argent ? l'homme et quel est le défaut de l'homme ? Il aime les femmes (traduction : son côté "voyeur"). Docn si vous voulez qu'il regarde l'objet du désir (le produit) mettez à côté un autre objet de désir (la "femme" !). Comem ilne fuat pas qu'elel prenen trop d eplace, on met juste un morceau et pas trop gros

    Je plaisante mais le pire c'ets que ça marceh aussi avec les femmes par "identification" : si j'utilis ela crème bidulle, moi ausis je serai "mince et ferme" comem le mannequin retouché par ordinateur parce que des jambes sans défaut, ça n'existe pas !

    J'avoue j'ai dépassé le stade de l colère il y a longtemps : la pub ne fait qu'exploiter les "bas instincts" humains d ela plus simple (et vile) façon. Il faut savoir passer outre : la vérité est ailleurs courage, Lobita ! et continue de résister ))

    Posté par mymy marmotte, 03 mai 2006 à 17:18 | | Répondre
  • Les poils...

    Mais pourquoi donc un cul poilu n'est-il pas "beau" ? Oui, cela vaut bien une note, car pour moi, ce n'est que cul turel. Et la pub qui nous montre des peaux lisses (de caractère), n'est pas pour rien à l'affaire. Ceci dit si cette pub nous montre des culs d'hommes, ils sont en général à peau lisse...
    Mais tu ne m'as pas répondu quant à l'essentiel... c'est sur quel CD de Suzanne Vega ?
    Pour l'anorexie, là, je suis d'accord avec toi.

    Posté par G. MIKE, 03 mai 2006 à 19:47 | | Répondre
  • >GMike>mymymarmotte>namnam

    >nam nam: chiche qu'au prochain jour de congé je vais attraper le petit train et je dis au conducteur: bonjour vous connaissez une bloggeuse qui a comme pseudonyme Nam Nam et qui a un chat bloggeur qui a comme pseudo Sagapo hein vous savez pas ce que c'est un blog tantpis vous êtes mignon... etc. etc. ....
    >Mymy: résistons ensemble, mymy, resistons ensemble!
    >G.Mike: le CD est "Solitude Standing" et le titre du morceau est Ironbound. Revenons au chapitre III, titre provisoir: les poils. Un mec est poilu, c'est normal. Il n'y a rien de mal à cela. D'ailleurs si je vois un derrière de mec qui n'est pas poilu je tends à me dire: 1) il s'est rasé (ah, terribement inconfortable de se raser le derrière). 2) il est gay. Le problème est que ce qui est acceptable dans l'intimité devient fort agressif et désagréable lorsqu'on l'étale sous forme d'affiche en pleine rue, devant l'arrêt du tram...

    Posté par lobita, 03 mai 2006 à 19:59 | | Répondre
  • Les avantages

    Ce qui m'énerve c'est que toutes les femmes à la télé montrent leur décolletés, vrais ou faux seins, jeunes ou moins jeunes. Cela manque d'originalité. Je me demande ce que cela donnerait si les messieurs faisaient ainsi étalage de leurs attributs, ce serait assez drôle non ? Lobita imagine et ta mauvaise humeur passera immédiatement.

    Posté par la dilettante, 04 mai 2006 à 01:04 | | Répondre
  • mais non t'as qu'à y dire que tu connais Nadia qu'habites à Fribourg et qu'est passionnée de Thailande ...

    Et après tu y diras qu'il est mignon et que t'aimerais bien l'inviter à boire un verre et plus si affinité!

    Posté par nam-nam, 04 mai 2006 à 09:28 | | Répondre
  • j'ai eu un vrai choc en redécouvrant les paroles de cette chanson sur "Solitude Standing"... voix si envoutante, mélodie aussi...
    mais c'est drôle, j'ai jamais pris la tangente pour y voir tout ce que tu nous montres !
    la naïveté a du bon...

    Posté par Dan, 04 mai 2006 à 13:49 | | Répondre
  • >dilettante>namnam>dan

    >la dilettante: il est vrai que la seule idée me déride immédiatement.
    >namnam: chère Nadia de Fribourg, tout cela n'était qu'une blague: je suis beaucoup trop timide pour me lancer dans le pillage de petits trains, trop vieille aussi (j'ai déjà "*@≠≠ ans)
    >dan: tu peux bien le dire mon cher Dan!

    Posté par lobita, 04 mai 2006 à 18:55 | | Répondre
  • Et bien moi, je suis d'accord pour acheter toutes les perceuses qu'on voudra, à condition qu'on ne me montre aucun derrière poilu.

    Posté par elvi4, 05 mai 2006 à 00:23 | | Répondre
  • gestion de la misère...

    Bonsoir Lobita !
    Et si la société avait les fantasmes qu'elle mérite ? Le livre disparaissant, l'imaginaire individuel s'évapore et laisse place aux clichés imposés par des publicitaires à la libido assez pauvre mais rentable pour le moins ! L'érotisme inquiète (il a toujours été subversif), le cul rassure et s'étale sans vergogne : pas d'investissement affectif, culturel... juste un vide sidéral, vulgaire et forcément dangereux. Je pense avec effroi à ces mères qui poussent leurs filles à devenir des Lolita. Curieusement, ces mères n'ont pas lu Nabokov... Les pères non plus d'ailleurs.

    Posté par Philippe, 05 mai 2006 à 00:26 | | Répondre
  • >elvi>philippe

    >elvi4: ouf! Une voix s'élève! merci Elvi de briser le silence!
    >philippe: tu as raison, l'univers n'est qu'un immense trou de... mais non philippe, je plaisante, il reste les personnes comme toi!

    Posté par lobita, 05 mai 2006 à 17:03 | | Répondre
Nouveau commentaire