12 mars 2006

L'ombre

forgivemeIl a été stoïque. Il ne m'a laissé voir aucune émotion, a éteint le magnéto, s'est levé et est allé lentement récupérer le disque. "C'est très bien" il a simplement dit.

Et pourtant, je sais combien ces images revèlent ce côté de moi que les gens connaissent peu, celui qui dérange. Et je sais qu'il a compris, je l'ai senti à travers ses rares remarques, sobres et pudiques - les mots que j'ai si souvent entendu, abandon et abus, étaient au rendez-vous. Mais ils s'appliquaient à un quelqu'un hypothétique, à une image devinée, à un corps fantasmé au dessus des pieds déchaussés, au deça des mains occupées du film.

Quel cadeau précieux est l'expression plastique: après les jours de bagarre contre les matériaux qui ne veulent pas se plier, après les doutes, les aller-retour et les "j'ai trouvé", les choses - celles qui nous habitent - ne sont plus en nous mais dehors.

forgiveme2

Elles sont devenues autre chose que nous, les gens pourront les empoigner et manipuler, interprêter, aimer et détester, peu importe: car ce n'est plus nous mais des il, elle, ils, cette image, la pierre,  les lignes 15-22 ou des milliers parmi des millions de pixels. Des images. Elles vivront leur vie à travers le regard des autres; car elles ont besoin de ce regard de curiosité, de complaisance ou de haine, pour exister. Si leur forme interpelle ou plaît, elles deviendront tout le monde; les spectateurs parleront d'eux-mêmes en croyant parler d'elles, pris au piège comme autant d'ignares Narcisses.

Et nous les laisserons faire. Et de notre côté continuerons à vivre notre vie, plus légers.


Posté par irene61 à 21:32 - Commentaires [15] - Permalien [#]


Commentaires sur L'ombre

    Bon, là j'ai pas fantasmé car j'ai pas articulé.

    Les images, elles ne vivent pas quand il y a négloptence.
    Les œuvres n'ont la polysémie d'une œuvre ouverte que quand la porte a une serrure serrurable.
    Et pourtant, j'ai une vraie nature de voyeur dans les serrures )

    Posté par jean-Robert D, 12 mars 2006 à 22:49 | | Répondre
  • j'ai tjs été plus mots...
    allez savoir pourquoi...

    bises lobita

    Posté par malisan, 13 mars 2006 à 15:19 | | Répondre
  • Un commentaire...

    ... à dictionnaire !
    Je n'ai RIEN compris au sens du com de Malisan !

    Posté par G. MIKE, 13 mars 2006 à 16:12 | | Répondre
  • de la part de Lobita

    moi je vous jure que je n'ai RIEN compris, ni au commentaire de Malisan, ni à celui de Jean_Robert. J'ai dû devenir gâteuse, la moitié de mes neurones a dû partir dans l'Arve, je n'en sais rien mais je vous embrasse quand même

    Posté par lobita, 13 mars 2006 à 19:28 | | Répondre
  • Bon Jean Robert vous veut pas de neurokillage.
    Il va relire lentement au cacou ce serait lui qui se bleure sur les lignes 15-22, et le reste sur la donnée en pâture des œuvres publiées.
    Abandon et abus, le quelqu'un hypothétique, le corps fantasmé et les mains occupées...
    Quand mes mains plongent
    Jusqu’à l'allonge
    De grasse volupté
    Dans l'évier mal famé...

    Posté par jean-Robert D, 13 mars 2006 à 19:57 | | Répondre
  • >jean-robert

    vous êtes tout skusé Jean-Robert mais franchement détendez-vous, ici c'est un blog relax, on n'est pas kompliké. Je vous embrasse bien.

    Posté par lobita, 14 mars 2006 à 11:22 | | Répondre
  • Partage et Don de Soi !

    D'une manière fort juste, tu décris ce que j'appellerais "le don de soi" ! Cela me semble bien plus important que recevoir. Mais est-ce que livrer une part de soi-même nous fait prendre un risque? Peut-être ! Mais l'Etre ne peut pas se réduire uniquement à ce qu'il dévoile. Et si les autres ne le comprennent pas. Eh bien, tant pis pour eux, tu as raison ! Je ne donne que ce que je suis. Si l'autre n'accepte pas, qu'il passe son chemin. De manière fort curieuse, j'ai le sentiment aussi que ce que j'abandonne aux autres m'aide moi en tout premier lieu. Je crois donc que ce que tu écris, décrit avec des mots très justes, la manière dont l'artiste s'ouvre au monde et lui livre une part de sa rébellion !
    Et si tout ceci n'est pas exempt de souffrances, sans doute nous rend-il moins égoïste !

    C'est curieux, depuis toujours, je pense que le blog de Lobita est un "cadeau". J'y viens comme le voyageur égaré qui, après une longue marche, cherche une fontaine pour y puiser un peu d'eau !

    Je te remercie pour cette note pleine de sens.

    Posté par Dim, 15 mars 2006 à 00:17 | | Répondre
  • >dim

    merci à toi Dim pour ton beau commentaire très émouvant. J'essaie toujours d'être mons égoïste, est-ce que j'y arrive ? En tout cas je suis heureuse que quelqu'un trouve ici un point d'eau. Alors à la prochaine étape...

    Posté par lobita, 15 mars 2006 à 09:31 | | Répondre
  • En exergue de l'incomplétude évoquée pour la démarche artistique, parfois toute emplie du désir de l'autre, une petite remarque: la franchise ce n'est pas dire tout ce qu'on pense, mais penser tout ce qu'on dit.

    Posté par jean-Robert D, 15 mars 2006 à 10:12 | | Répondre
  • On ne peut que donner lorque l'on fait oeuvre de création et espérez en retour un supplément d'âme pour aller plus loin sur le chemin !

    Parfois ca ne marche pas on loupe le but recherché mais oui on continue a vivre, ne pas se voir seulement dans le regard des autres pas facile du tout apprendre a etre soi sans etre parasité par les images que vous renvoient les autres......J'en suis encore loin !

    Posté par Jipes, 15 mars 2006 à 10:21 | | Répondre
  • hum...
    je disais tout simplement que j'ai toujours été plus intéressée plus touchée par les mots que par les images en fait...

    la pub le visuel etc n'ont aucun n'effet sur moi

    bises à tous !

    (mais j'admire ceux qui savent faire passer des choses dans une image !)

    Posté par malisan, 15 mars 2006 à 10:35 | | Répondre
  • bonjour Lobita

    c'est pour moi un plaisir,dommage que je ne puisse pas voir...

    bisous

    Posté par nina, 15 mars 2006 à 11:21 | | Répondre
  • je ne peux l'expliquer mais je suis touchée par cette note, tes mots, cette ombre qui passe et laisse deviner un peu se qui se cache derrière les mots...le reflet, une lumière...
    bon je suis peut-être un peu compliquée ce soir, mais je me comprends ce qui n'est déjà pas mal...
    bonne soirée

    Posté par double je, 15 mars 2006 à 19:45 | | Répondre
  • avez vous vraiment donné laché votre oeuvre quand vous la suivez ainsi en esprit, et prévoyez l'effet qu'elle pourra produire. Peut on vraiment regarder avec un regard détaché ce que l'on a créé, même en se masquant un peu

    Posté par brigetoun, 16 mars 2006 à 00:20 | | Répondre
  • >jipes>malisan>doubleje>brigetoun

    >jipes: je crois que l'indépendance du regard des autres est pour certains le fruit d'un travail tès long, alors que d'autres maîtrisent ça parfaitement tout en étant très jeunes. Mais pas de complexes, être trop sûr de soi n'est pas forcément très sain et ce n'est pas non plus un signe de très grande maturité...
    >malisan : tu as certainement de la chance d'être comme tu es, bien que très à contre-courant des tendences actuelles. J'ai effectivement des élèves qui maîtrisent plusieurs logiciels de traitement de l'image mais qui ne savent presque pas écrire. Les images foisonnent et on risque l'indigestion... non, c'est bien qu'on ait des accros du mot et de la parole: au fond, selon certains, elle était au commencement
    >double je: mais non tu n'est pas compliquée, dans ce que tu écris tu fais preuve de sensibilité
    >brigetoun votre question est tellement importante que je vous réponds à part dans un billet que je suis en train de préparer.

    Posté par lobita, 16 mars 2006 à 10:13 | | Répondre
Nouveau commentaire