17 février 2006

Désespoir

Comme toujours: il prend le dessus pendant quelques heures, puis il replonge et c'est moi qui remonte. Ce que le désespoir a de si mauvais, j'ai tenté de l'illustrer dans cette image:

desespoir

Il retrécit notre horizon à la taille d'un studio sans fenêtres, d'un simple trou, et il nous cache les milliers de choses qui continuent à naître et exister au delà de notre chagrin.

Ainsi nous devenons comme le petit renard de ce vieux conte. C'est un conte que m'a raconté il y a beaucoup d'années un pasteur, un homme dont le nom de famille signifiait justement "renard". Le petit renard  était né au fond d'un puits desséché et avait toujours vécu dans la pénombre boueuse, se nourrissant de ce qu'il y trouvait. Il avait un bon copain, un rouge-gorge qui venait se percher sur le rebord du puits pour discuter avec lui. L'oiseau lui décrivait le ciel, mais le petit renard ne comprenait pas ses paroles. Il n'avait jamais vu du ciel qu'un disque clair de la taille d'une assiette, et trois étoiles.

Vous tous mes bien aimés, ne vous laissez pas couler au fond de ce puits, gardez la tête bien haute. Le ciel est si grand.

Posté par irene61 à 08:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]


Commentaires sur Désespoir

    C'est tellement vrai ! Merci beaucoup de cette pause intelligente, le désepsoir, nous l'avons tous rencontrer je pense, nous l'avons tous surmonter, même si un autre l'a remplacé... Ne pas se confiner dans l'obscurité blessante de l'âme, pas facile de s'en sortir tout seul...

    Posté par wictoria, 17 février 2006 à 09:11 | | Répondre
  • qq fautes d'ortho.excuse-moi, je ne suis pas très réveillée et mes doigts sont engourdis

    Posté par wictoria, 17 février 2006 à 09:12 | | Répondre
  • oui on en oublie de regarder ce qu'il y a de beau autour... un puits... mais il faut se forcer... pensées pour toi

    Posté par malisan, 17 février 2006 à 10:30 | | Répondre
  • Et bien moi j'ai la certitude que de temps en temps c'était le renardeau qui réconfortait son copain. De sa patte avant-gauche, il agitait la surface du cloaque, et les 3 étoiles devenaient 100 000 reflets d'étoiles. La plus grande partie du monde est en chacun de nous.

    Posté par elvi4, 17 février 2006 à 13:22 | | Répondre
  • Il y a comme un foetus dans le coeur de ton dessin... C'est un peu cette femme recroquevillée dans une tache bleue que je suis quand le moral est au plus bas. Surtout ne pas regarder en l'air ni devant soi, se retourner sur soi-même. Dans un sens je me dis aussi que c'est parfois bénéfique de se sentir lassée du monde, de soi, de sa vie, de n'y voir que du sombre... pour la (re)découvrir après.

    Posté par La griotte, 17 février 2006 à 15:07 | | Répondre
  • Un trou...

    Où il ne fait pas bon rester: le ciel est grand. La Terre est grande. Un arbre, un vent, une rivière, une fleur, un chat, un oiseau...

    Oliv'

    Posté par PaysageMan, 17 février 2006 à 15:56 | | Répondre
  • >wictoria>malisan>elvi4>griotte>oliv'

    >wictoria: t'inquiète pas pour tes fautes et tes doigts Wictoria... tu m'as écrit de très beaux mots aujourd'hui et hier!
    >malisan merci!
    >elvi4: c'est une hypothèse fascinante, un regard qui s'invente milles facettes est encore plus intéressant que la beauté de la réalité nue.
    >la griotte: je comprends, ces moments de chûte et de repliement sur soi ont aussi leur bon côté. C'est le charme de la regression, dangereux et bénéfique... c'est aussi ce qui nous fait sentire autorisé à prendre un peu de repos, pafois!
    >oliv': merci Olivier, pur l'instant je suis encore un animal terrestre; le ciel, je le connaîtrai un jour, je l'espère...

    Posté par lobita, 17 février 2006 à 16:33 | | Répondre
  • JE commence à me demander si le "spleen" n'est pas un mal contagieux en ce moment, un peu comem la grippe ! J'en souffre, tu en souffres, des tas d'ami(e)s en souffre ces jours-ci ? Que se passe-t-il dans nos cerveaux et nos coeurs ? Pourquoi toute cette souffrance qui ne sert à rien ? Et ces chansons de dépressifs qui me trottent dans la tête....

    Posté par mymy marmotte, 17 février 2006 à 16:39 | | Répondre
  • Quel beau coup de talon (et de crayon, si l'on peut dire) pour remonter à la surface!

    Posté par Elvira, 17 février 2006 à 17:07 | | Répondre
  • >mymy>elvira

    >mymy: ben on est tous un peu froissés et fripés par l'hiver qui traine... un peu trop de ciel gris... alors soyons solidaires et échangeons tout plein de grand bisous virtuels de soutien reciproque...
    >elvira merci j'ai dû apprendre ça à un cours de fado...

    Posté par lobita, 17 février 2006 à 17:11 | | Répondre
  • ...

    "Dans un square sur un banc
    Il y a un homme qui vous appelle quand on passe
    Il a des binocles un vieux costume gris
    Il fume un petit ninas il est assis
    Et il vous appelle quand on passe
    Ou simplement il vous fait signe
    Il ne faut pas le regarder
    Il ne faut pas l'écouter
    Il faut passer
    Faire comme si on ne le voyait pas
    Comme si on ne l'entendait pas
    Il faut passer et presser le pas
    Si vous le regardez
    Si vous l'écoutez
    Il vous fait signe et rien personne
    Ne peut vous empêcher d'aller vous asseoir près de lui..."
    Je ne continue pas la suite de ce poème de Prévert, ne la continue pas toi non plus. Tu es une artiste et tu transcendes ta souffrance pour créer... pas toujours facile, mais sur le "bon" quai en face, la transcendance se limite à un lent mais très efficace suicide à la nullité. Je t'adresse toute mon affection.

    Posté par Philippe, 19 février 2006 à 00:51 | | Répondre
  • >philippe

    Je connais le poème, mon cher Philippe...disons que les extrèmes ne sont jamais bons: une vie qui ne connait que les rythmes des repas et du sommeil, des naissances et des décès, nous ennuirait; cependant ne méprisons pas les gens qui mènent ce style de vie, ils ont le droit d'ête comme ils sont...Moi je suis trop vers l'autre extrème, je n'ai pas assez de choses pour m'ancrer au sol, et dire que je l'ai choisi n'est pas tout à fait exacte. Je t'adresse moi aussi toute mon affection de louve.

    Posté par lobita, 19 février 2006 à 14:56 | | Répondre
  • Ah la la oui, le spleen comme une grippe qui revient mais heureusement s'en va vite (euh, ou presque mais en années de chien qu'est ce que c'est long). Je suis bien grippée moi aussi en ce moment j'ai oublié mon vaccin de début de saison mais comme disent les médecins d'ici: "si les fluides passent c'est que tout va aller' ou alors "beaucoup d'eau, du repos et des calins". Ouais, c'est pas mal aussi.

    Posté par Livy, 20 février 2006 à 21:28 | | Répondre
  • >livy

    dans ce cas-là, reçois mon plus grand câlin

    Posté par lobita, 20 février 2006 à 22:11 | | Répondre
  • ))
    Je n'arrive ps à retrouver ton billet dans lequel on parlait de photoshop gratuit sur internet. Help!!

    Posté par Livy, 21 février 2006 à 10:24 | | Répondre
  • > Livy

    il est intitulé "cours de barbouillages numériques" et daté 30 janvier. C'est le dernier billet de la page courante, il va donc bientôt glisser à la deuxième page.

    Posté par lobita, 21 février 2006 à 21:18 | | Répondre
  • Merci! je vais le chercher.

    Posté par Livy, 22 février 2006 à 09:57 | | Répondre
  • Votre histoire morosante c'est celle de l'éternel changement.

    Comme ces asiatiques qui nous envoyaient ces délicieux canards laqués et qui maintenant nous proposent des canards claqués qui nous font peur.
    In God we trust, others must pay cash.

    Posté par jean-Robert D, 01 mars 2006 à 16:57 | | Répondre
  • amour-désespoir

    Je pense que le plus grand désespoir que l'on puisse connaître dans la vie,c'est les peines de coeurs.Quand notre coeur est blessé,on a tendance à ouvrir encore plus nos bras au désespoir,à une profonde tristesse qui n'en finie pas.Cette horrible tristesse,comme une blessure béante, je l'a vis actuellement.Je suis depuis 4 ans avec l'hômme "de ma vie", celui que j'ai choisi d'aimer le plus sincèrement possible.Je lui ais fais confiance.Aujourd'hui,nous nous trouvons dans une sale situation:des problèmes financiers créés par son irresponsabilité!Depuis 2 ans et demi,c'est comme si j'avais le couteau sous la gorge chaque mois!nous profitons pas de notre vie, ni de notre salaire.J'ai fermé les yeux sans m'en apercevoir vraiment,et ais accordé pas mal de débordements d'argents de la part mon concubin, comme à un enfant trop gâté.Même si je n'étais pas d'accord, pour éviter les conflits je finissais par tjs dire oui.Je m'en mord les doigts amèrement maintenant!Ils s'est mis à jouer au poker, et autres jeux d'argent sur internet,et à dépenser à tord et à travers, à se permettre de faire des crédits.Il veut absolument tout, et à un regard très superficiel sur la vie.A maintes reprises je lui ais rabacher que l'on peut pas tout posséder dans la vie.Mais en vain.Il nous à foutu dans la merde tous les 2.Il souhaite avoir un enfant avec moi,et veut qu'un jour prochain que l'on achète un appart ou une maison, afin de fonder notre famille.Le problème c'est que comme pour les fondations d'un hâbitat,il faut que çà soit du solide.Nos fondations pour créer un bel avenir, sont quasiment nulles!En plus on ne ressemble plus vraiment à un vrai couple,nous ne faisons pratiquement plus rien ensemble!l'hômme que j'ai connu me manque terriblement,il n'est plus jovial,plein de vie et d'humour,attentionné comme avant(il m'a trop longtemps délaissé,à faire des choses sans importance sur internet).Il y à eu enfin un gros clasch, car j'en ais eu ras le bol!on essaye de recoller les morceaux tant au niveau finacier,que sentimental.Je ne doute pas de son amour pour moi, mais je doute de sa responsabilité dans la vie.J'ai 28 ans, et j'ai d'autres objectifs, d'autres priorités dans ma vie.J'étais prête à être mère,et voilà qu'avec ses conneries j'en paye les pôts cassés!Je vais devoir reprendre une contraception,car avoir un bébé dans des conditions pareilles c'est pas possible,c'est trop malsain.c'est dur à encaisser,j'ai l'impression de subir un avortement, et de vivre à reculon, de ne pas avancer depuis que je suis avec lui.Je suis si DECUE!Je souhaite tout de même lui laisser une chance,car malgré çà j'en suis amoureuse.Je lui ais clairement expliqué ce que j'attend de la vie avec lui,j'espère que par amour pour moi il va s'améliorer et changer son attitude qui nous détruit tous les deux.Le problème c'est que j'ai extrêmement peur.J'ai du mal à lui refaire confiance,et je lui en veux bcp de m'avoir fait subir çà.Je me trouve dans un goufre de soufrances sentimentales,de doutes,de désespoir et je ne sais point comment m'en relever.La seule chose qui pourrait m'aider, c'est lui, qu'il fasse le nécessaire, pour que je revois la vie en rose...
    Désolée de peut être vous ennuyer avec mes états d'âmes, mais çà fait du bien quand même d'écrire, et de savoir que quelqu'un pourrait me comprendre.
    En effet le désespoir, c'est de se trouver dans un puit, et il faut essayer d'apercevoir la lueur au-delà de ce puit profond.Mais ce n'est vraiment pas évident!!
    Merci d'avoir eu la patience de me lire.

    Posté par maud, 24 avril 2006 à 19:41 | | Répondre
  • >maud

    Chère Maud, je connais malheureusement beaucoup de femmes qui se trouvent en une situation très semblable à la votre. Je ne veux pas vous donner des conseils prétentieux, juste vous dire: prenez soin de vous, faites attention à ne pas vous épuiser, n'hésitez pas à faire appel à une personne expérimentée (à Genève par exemple il existe des conseillers du couple qu'on peut cosulter gratuitement). Votre compagnon est peut-être simplement mal entouré, peut-être fréquente-t-il des amis qui le poussent dans la mauvaise direction, ou alors il a besoin d'aide psychologique (je sais que des fois gaspiller l'argent est la conséquence d'un état dépressif, ou alors c'est un forme de dépendence comme le tabac ou l'alcool). Et si je peux me permettre... mais là je vais peut-être un peu trop loin... je vous déconseille de lui prêter de l'argent, je ne crois pas que cela arrange les choses. Courage et écrivez encore si vous le souhaitez.

    Posté par lobita, 24 avril 2006 à 23:57 | | Répondre
  • merci bcp Lobita,d'avoir prêté attention à mon histoire et de me soutenir.Je vais suivre votre conseil de ne plus lui prêter de l'argent ou de combler les trous quand çà ne va pas.J'ai trouvé une très bonne solution pour remonter la pente,et rattrapper les idioties de mon compagnon.j'ai lui ais proposé d'ouvrir un compte joint,dont je serais la seule à y avoir accès.Ce compte servira uniquement à payer les charges de notre foyer tel que le loyer, les factures diverses,les crédits à rembourser,alimentation.J'ai établi un calcul et je lui est démontré par A+B, qu'il faut que ce soit moi l'unique gérante de notre foyer, puisque je suis la plus responsable et la plus raisonnable de nous deux!Ce qui nous restera de nos comptes respectifs,servira à nos dépenses personnelles,et j'exigerais qu'il me donne une part afin de pouvoir mettre des sous de côté.Nous allons également réduire considérablement nos autorisations de découverts, surtout le concernant, il sera obligé de s'y plier.Il n'y à que comme çà que je peux sauver la mise,et faire en sorte de maintenir mon couple.Comme vous me l'aviez signifié, son rapport avec l'argent est maladif, çà ressemble bcp à la dépendance d'un alcoolique ou autre.Je pense qu'après notre discussion,et lui avoir dis clairement ce que j'attendais de lui et de la vie,il ai réalisé à quel point notre vie était malsaine,et qu'il à failli me perdre.La balle est dans son camp à présent,je lui ai fais comprendre qu'il fasse le nécessaire pour regagner ma confiance.J'espère réellement que je vais pouvoir sortir la tête de l'eau car là j'étais au bord de l'asphixie!Je veux aller au bout de mon couple,et trouver des solutions pour le sauver.je sais que je suis amoureuse de mon homme,et que s'est réciproque, c'est d'ailleurs pour celà que je vais au bout des choses.Je n'ai plus qu'à attendre et constater que lui aussi veuille fournir des efforts.
    Pour ce qui est du soutien psychologique, je vais me renseigner çà pourrait également nous aider.
    Merci encore c'est une sorte de thérapie pour moi de m'exprimmer auprès de vous.

    Posté par maud, 25 avril 2006 à 12:43 | | Répondre
  • >maud, encore

    je suis heureuse si ma modeste écoute a pu t'apporter quelque chose. Tes deux messages ont été un vrai cadeau; mon blog n'a pas l'ambition d'être un site de relation d'aide, toutefois si quelques personnes peuvent y trouver un "point d'eau" pour se ressourcer, ça me fait vraiment plaisir. J'admire beaucoup ton courage et ta volonté de rester avec ton compagnon, continuer à construire malgré tout. Je te souhaite un avenir lumineux et écris encore si tu veux.

    Posté par lobita, 25 avril 2006 à 23:11 | | Répondre
  • super blog

    Salut Lobita.J'ai eu l'occasion de parcourir ton blog que je trouve très enrichissant!Biensûr je n'ai pas encore tout lu, mais je m'y emploi.Tu est une des rares personnes de ton "espèce"à exister parmi nous.Je ne te connaîs point, mais d'après mon impression,tu est généreuse dans ta façon de partager ton histoire ,et d'être avec les gens qui cherchent à être compris et soutenus, tel à été mon cas.Si mes deux premiers messages ont été "un vrai cadeau" pour toi, je t'avoue que le réconfort que tu m'as apporté à été "un vrai cadeaux " pour moi.C'est tellement rare de rencontrer des personnes au travers desquelles on se retrouve, et pour lesquelles on éprouve de l'admiration.D'après moi,tu semble être une personne écorchée vive,à la recherche d'un monde meilleur afin de panser les blessures.Je croîs être de la même catégorie que toi.Je suis quelqu'un de très tourmenté, et torturé à mes heures perdues. De toute manière çà fait partie intégrante quand on est doté d'extrême sensibilité, et quand plus quand on est trop rêveur et qu'on aime croquer la vie avec ses joies et ses plus grandes peines.Je ne dis pas , c'est bien d'avoir ces qualités, mais bien souvent, celà se transforme en défauts quand s'installent la souffrance et la déception.Mais que ferons nous sans elles? Après tout il faut bien des coups durs dans la vie(même si franchement on s'en passerait),pour se relever plus fort que jamais.Bien évidemment, il faut avoir la chance, de posséder assez de courage pour affronter nos démons.Tu vois je prend vraiment conscience de çà aujourd'hui grâce à toi, et j'en suis plus heureuse.J'ai surtout réalisé que pendant un certain moment, j'ai oublié la femme que je suis. Je me suis faite bouffer par mon amour(comme quoi c'est véridique que l'amour çà rend con!), jusqu'à effacer une partie de moi même.Ma meilleure amie m'a à plusieurs reprises avoué que j'avais changé, que je n'étais plus moi même depuis un certain temps.Dans mon entêtement je n'ai rien vu,et elle avait raison.Je me suis éteinte, mais aujourd'hui en découvrant(en surface),qui tu es,je me suis rappelée qui je suis. En plus d'avoir pris conscience que je n'avais pas pris soin de moi, trop concentrée sur mon couple. Je suis comme le phoenix qui va renaître de ses cendres.Je remerci le hasard qui m'a fait connaître ton blog sur internet(en fait internet aurait fait mon malheur, puis mon bonheur...).
    Etant donné que tu semble être une personne réceptive à ce que l'on peut te raconter,si tu me le permet je continuerai avec grand plaisir,à échanger des morceaux de vie, des idées,et des intérêts avec toi.Merci encore Lobita et à très bientôt!

    Maud

    Posté par maud, 26 avril 2006 à 02:38 | | Répondre
  • >maud

    "une personne écorchée vive,à la recherche d'un monde meilleur afin de panser les blessures". Cela me décrit très bien! Et une bonne tranche de ce monde meilleur, tu la découvriras justement sur ce blog. Je l'ai commencé il y a mons d'une année (en août 2006) sur les traces d'une amie, qui a pour pseudonyme "La Marmotte". Au départ, l'idée était d'y mettre quelques photos de vacances: mais très vite un monde inconnu est venu frapper à ma petite porte virtuelle. J'ai vu éclore des histoires d'amour entre solitaires, découvert des musiciens qui m'offrent leurs notes pour mes montages, suivi des amateurs de la nature dans leurs pélérinages, eu des affrontements aussi (avec certains donneurs de leçons aggressifs; mais cela m'a fait rire). La pire chose a été une femme très désespérée qui avait commencé à m'écrire à un moment donné, puis a disparu; ça, c'était inquiétant. Mais je me réjouis que tu m'écrives à nouveau et m'en racontes plus! A bientôt!

    Posté par lobita, 26 avril 2006 à 21:11 | | Répondre
Nouveau commentaire