09 octobre 2005

Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain...

... ni rien qui soit à ton prochain.

Si l'on croit l'Ancien Testament, ces paroles viennent droit de Dieu, elles sont donc à prendre absolument au sérieux!

C'est vrai, la notion de propriété est à la base de notre société et gare à celui qui s'y attaque. Mais l'affaire se complique lourdement lorsqu'il n'est pas question de choses, mais d'idées. Les lois sur la propriété intellectuelle existent et sont sévères. Mais est-on jamais vraiment propriétaire d'une idée?

J'écris ces quelques reflexions suite à la lecture d'un article sur un autre blog.
Depuis des années, je constate que les milieus artistiques sont empoisonnés par cette obsession: l'AUTRE n'est là que pour me voler, pour me piquer mes idées, pour copier et plagier. Dans certains cercles, toute tentative d'approche et communication est vécue comme une menace. Je raconte un exemple. Il y a quelques années, une femme peintre de Genève est venue vers moi pour me reprocher de lui avoir "piqué son idée"; or, quelle était cette idée originalISSIME? Il s'agissait de gribouiller et tacher une feuille au hasard, puis d'observer et voir apparaître des formes (ce qui se fait par un phénomène de projection), ensuite dessiner ces formes plus clairement. Comment expliquer à cette pauvre dame que ce procédé était déjà utilisé par Leonardo da Vinci, qu'il a été utilisé par Max Ernst, qu'il a été décrit par D.W. Winnicott, que des centaines de milliers de peintres dans le monde entier l'utilisent? Elle aurait dû savoir tout cela, vu qu'elle s'intéressait à l'histoire de l'art et à la psychologie; mais sa conviction d'avoir "inventé" quelque chose fermait ses yeux à l'évidence.

Lorsque les artistes se croient propriétaires d' idées qui leur traversent l'esprit, ils s'y cramponnent et se ferment à la communication, ils empêchent la circulation et l'échange. Alors l'ambiance devient fétide et la créativité meurt asphyxiée.

Posté par irene61 à 14:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain...

    C'est bien pour ça que beaucoup de personnes se battent contre la brevetabilité des idées, ce qui déplait fortement à un certain Bill.
    Si on veut progresser, il faut que les idées s'échangent, il faut pouvoir construire avec les idées des autres. Les artistes, petits ou grands, commencent par copier leurs ainés, leurs modèles afin de trouver leur patte propre; ça n'en fait pas des plagieurs pou autant.

    Posté par berlioz, 10 octobre 2005 à 11:26 | | Répondre
  • Bravo Vincent!

    Posté par lobita, 10 octobre 2005 à 17:23 | | Répondre
Nouveau commentaire